Nos ainés, ces proies faciles sur Internet

et les arnaques connexes....

Nous organisons des sessions informatiques tous les mois depuis 2001 à Rouen. Le public est composé de jeunes, de moins jeunes et encore de séniors. Nous avons déjà reçu une doyenne âgée de 83 ans !

Ayant débuté dans l’informatique en 1976, la première qualité est le respect, ensuite l’écoute, puis de la psychologie. En effet, les analystes (comme on les appelaient à l’époque) ne se moquaient pas de moi non pas parce que hiérarchiquement ils ne pouvaient pas le faire, mais surtout pour expliquer que ce que je leur demandais n’était pas faisable.

Vu ce qu’ils savaient faire c’est ce qu’ils avaient appris à la FAC, et dans la pratique, ils ne pouvaient pas voir comment intégrer mes demandes, je n’ai pas eu d’autres alternatives que d’aller étudier plus globalement « EDP Management » (Gestion Informatique de l’époque) à Londres. Chose faite et avec mention d’honneur. Aujourd’hui, devenu une « pointure » incontestée, et incontestable dans l’informatique de très haut niveau, je m’investis gracieusement un samedi par mois pour aider, former, remédier les divers problèmes des visiteurs.

Il y a 18 ans, les jeunes avaient une vingtaine d’années, à fond dans les Logiciels Libres et des jeux. Maintenant, ils frisent la quarantaine, avec femmes et enfants et sont moins motivés de venir passer des journées de repos à peaufiner leurs machines avec du Linux ou autres logiciels libres.

Les séniors eux étaient des quinquas et aujourd’hui frisent plutôt leurs 70 ans. Donc, s’ils étaient des employés de bureau, ils savaient déjà de servir d’un ordinateur, par contre les travailleurs manuels sont de facto largués à moins qu’ils aient eu l’idée d’investir dans un ordinateur. L’informatique n’est généralement pas leurs priorités.

Donc, tous ces séniors qui se sont équipés d’une façon ou d’une autre et leurs petits enfants ou le vendeur du magasin les ont fait un topo ultra rapide et en leur parlant de souris, USB, SSD, SD, RAM, octets, débits, sauvegarder, formater, webcam, multimédia, youtube etc. Et Internet me direz-vous ? Nous, nous faisons ce que nous pouvons pour les montrer comment envoyer un courriel, utiliser Libre Office, transférer des photos, réserver un billet de train/avion etc. Mais on n’est pas avec eux 24/24, mais Internet si !

Il ne serait pas judicieux de laisser un loup dans la bergerie non ? Mais c’est exactement ce que l’on (les proches, amis ou revendeur informatique) fait. On leur dit que Free, SFR, Bouygues ou Orange a une promo et souvent on remplit leur abonnement sur les sites respectifs et ils sont connectés à Internet en moins de deux. Une immersion dans la piscine, pas dans la pataugeoire mais directement dans 3 mètres d’eau. C’est ce que nous constatons et déplorons quand nos ainés nous ramènent leur machines, ou plutôt de ce qui en reste. Il est inconcevable de dire à nos séniors de ne pas ouvrir des pièces jointes dans des courriels d’inconnus, ni de cliquer sur des liens, ni de donner son compte/mot de passe sur des sites « louches » ainsi que leur cartes bleues, RIB, IBAN etc. et pour couronner le tout, visiter les sites sans le fameux cadenas vert ! En bref, il leur faut un « assistant internet » permanent qui orchestrerait leur navigation et les alerterait des embrouilles présumées voire suspectes.

Justement, nous faisons la promotion d’un appareil autonome qui est plutôt une sonde en jargon informatique et pas plus gros qu’une boite de cigarettes. Le LuJam !

Voici les cyber risques couverts par LuJam:

  • L’hameçonnage
  • Les liens vers des sites web malveillants
  • Le malware
  • Les téléchargements furtifs
  • Les virus
  • Les rançongiciels
  • Les attaques non (encore) répertoriées
  • Autres…

Protégeons nos ainés, ne les laissons pas dans le cyberespace sans filets. Écrivez-nous [email protected] pour plus d’information.

A bientôt,